mardi, 27 octobre 2015 14:02

Bons baisers de Téhéran

Écrit par

Gina B. Nahai
Bons baisers de Téhéran
Paris, Préludes 2015, 638 p.

Un conseil : faites abstraction du titre en français qui dessert de manière éhontée cette saga familiale ! Retenez plutôt celui d’origine, l’anglais, The luminous heart of Jonah S., dont la poésie rend hommage au souffle oriental qui la traverse. 
Ce roman fait partie des livres de « littérature
étrangère » qui permettent, par leur style et leur contenu, la découverte d’une culture différente et aiguisent la curiosité, l’envie de poursuivre la balade en terres inconnues. Ici celles des juifs d’Iran, plus précisément des membres - hauts en couleur ! - de la famille Soleyman, tolérés sous
le chah, puis forcés à l’exil aux Etats-Unis suite à la Révolution islamique. Une diaspora qui vit avec ses souvenirs, en préservant ses coutumes et ses valeurs, tout en s’intégrant par étapes aux règles et à l’esprit américain. 
L’auteur de cette fresque est une digne représentante de cette mixité. Née en 1960 en Iran, Gina Nahai vit aux Etats-Unis et s’est spécialisée dans l’histoire politique de son pays d’origine. De ce choc entre deux cultures naissent des ambivalences originales. Ainsi Bons baisers de Téhéran bascule entre le conte persan, avec ses fantômes, ses malédictions et son onirisme, et le polar américain, avec ses enquêtes pour meurtre et ses affairismes louches. Deux manières de visiter le côté souvent obscur des coeurs.

Lu 566 fois