samedi, 10 janvier 2009 03:07

Postures littéraires

Écrit par

Postures littéraires 
Mises en scène modernes de l'auteur. Essai
par Jérôme Meizoz 
Slatkine, Genève 2007, 210 p.

C. F. Ramuz n'a de cesse de faire savoir qu'il est petit-fils de vignerons et de paysans, et Céline s'invente une enfance populaire. Voyant dans la notion de « posture » d'un écrivain la possibilité de sortir du débat qui fait rage entre la sociologie littéraire et les « poéticiens », Jérôme Meizoz, enseignant de littérature française à l'Université de Lausanne, donne une définition du terme et fait plusieurs études de cas dans Postures littéraires. Ainsi que l'a conceptualisé Alain Viala, il s'agit d'une « façon d'occuper une position » dans le champ littéraire. J. Meizoz observe les postures en analysant la présentation de soi des écrivains en public et la construction de l'énonciateur dans les textes. Il rappelle que la notion de l'auteur a évolué au cours de l'histoire et affirme qu'il s'intéressera surtout aux représentations de l'auteur. En dévoilant les postures de Rousseau, Céline, Ramuz et Cendrars, entre autres, J. Meizoz fait le lien entre le style de l'écriture de chacun et sa façon de s'exhiber dans le monde, et démontre les particularités de chaque artiste. En analysant, par exemple, un compte rendu par Cingria de deux ouvrages de Trotsky dans La Nouvelle revue française de juillet 1933, l'enseignant montre que l'écrivain prend une posture bouffonne et déjoue l'idéologie dominante de l'époque qui voudrait que la valeur d'un texte soit jugée en fonction de son affiliation politique. Il est donc nécessaire, selon Jérôme Meizoz, de situer le discours d'un écrivain dans un contexte social et historique pour établir l'originalité de sa forme. Un essai complexe et stimulant.

Laurence de Coulon

(choisir, septembre 2008)

Lu 1750 fois

Recherche