mardi, 30 novembre 2004 00:00

Pour une écologie chrétienne

Écrit par

Pour une écologie chrétienne 
par Hélène et Jean Bastaire 
Cerf, Paris 2004, 94 p.

« Beaucoup de chrétiens, surtout durant les derniers siècles, n'ont pas considéré la beauté du monde comme une dimension essentielle de leur foi. (…) Moins ils avaient affaire avec la nature, plus il leur semblait être proches de Dieu. » Il faut cesser cette désincarnation de la nature, « cette séparation funeste entre nature et grâce (…), la nature étant dévolue à la science et la foi ne s'occupant plus que de Dieu », lancent les auteurs. Car il en résulte une humanité « nouveau Prométhée qui croit n'avoir plus de compte à rendre à personne ». En réalité, c'est bien dans le chant de la création que l'on reconnaît l'œuvre du Seigneur ou pour le dire avec Thérèse d'Avila, « le Seigneur se trouve dans toutes les créatures ». Dieu a chargé l'humanité d'aménager la Terre comme la maison de tous, pour prendre soin de tout ce qui y vit, pour être l'usager respectueux « des œuvres de Dieu », vivant dans « l'espérance d'un salut cosmique englobant toutes les créatures ».

René Longet

(choisir, décembre 2004)

Lu 1930 fois

Recherche