lundi, 03 mars 2014 14:28

L'ère des drones

Écrit par

Dans le Courrier de l'ACAT [Paris 324(01-02.2014) p. 33-47], les "faux-bourdons" (mâles de l'abeille) qui donnent leur nom en anglais aux drones, font l'objet d'un dossier intéressant mais aussi révoltant. Pourquoi ces engins sans pilote qui bouleversent les règles de la guerre, ne suscitent pas de regret massif dans l'opinion en Occident, alors que les attentats-suicides apparaissent comme le sommet de la barbarie. Curieux paradoxe ? s'interroge Grégoir Chamoyon. Ces engins pilotés à distance, qui ont pour but l'observation et le renseignement (comme en France lors du G8 d'Evian et de Dauville, ou la visite du pape à lourdes...) sont aussi des armes de combat en Afghanistan, au Mali, au Sahel, en Lybie, qui tuent indistinctement chefs de file d'organisations terroristes, combattants présumés, civils et enfants... Au Pakistan (367 attaques ont tué 3207 personnes), au Yémen (des centaines d'attaques ont tué 680 à 880 personnes), à Gaza (911 morts depuis 2008). Les Etas-Unis principalement mais aussi Israël justifient ces attaques par leur lutte contre le terrorisme , en toute illégalité par rapport au droit internaional humanitaire (DIH). C'est une véritable chasse à l'homme transfrontalière. Grégoire Chamoyon analyse les deux tendances de la guerre : "traitionnelle" dans le face à face avec l'ennemi et  celle qui découle des industries modernes, avec les drones.  Mais ce ne sont que deux conceptions opposées de l'horreur. Il n'y a pas de guerre propre et les risques d'accroître l'insécurité mondiale sont de plus en plus grands. Quant aux pays visés. ils vivent dans la peur qui fait grandir la haine.

Aujourd'hui, un pas de plus dans l'horreur va être atteint par l'arrivée de robos tueurs (systèmes d'armes qui, une fois activées, peuvent sélectionner et attaquer des cibles sans intervention supplémentaire d'un opérateur humain). Coordonnée par Human Rights Watch, une campagne mondiale pour interdire les robots tueurs a été lancée fin avril 2013. Elle regroupe 45 ONG dans 22 pays. Les 13-16 mai 2014, se rencontreront à Genève les 117 Etats parties à la CCW (Convention sur certaines armes classiques, de 1980) pour discuter des questions liées aux systèmes d'armes autonomes léthales. Affaire à suivre...