jeudi, 04 février 2016 16:01

Les théologiens français et le concile Vatican II

Écrit par

Collectif
Les théologiens français et le concile Vatican II
Paris, Facultés jésuites de Paris 2015,
178 p.

Ce document est le fruit d’un colloque organisé en mai 2014 par l’Association internationale cardinal Henri de Lubac, au Centre Sèvres de Paris. « Cinquante ans après l’ouverture du Concile, les recherches historiques et théologiques en cours permettent d’évaluer à frais nouveaux quel
fut le rôle des théologiens français dans les événements conciliaires et quelle fut leur contribution aux textes promulgués. » 
Les textes étudiés sont Lumen gentium, Dei verbum, Gaudium et spes et Dignitatis humanae (déclaration sur la liberté religieuse). Les noms les plus souvent cités
sont ceux du Père Congar (notamment au sujet de l’Eglise, peuple de Dieu) et bien évidement d’Henri de Lubac. Mais le texte qui permet le mieux de discerner le rôle de divers intervenants (Chenu, Schillebeeckx, Hauptmann, Congar, Daniélou, etc.) est celui de Philippe Bordeyne sur Gaudium et spes : « La situation de l’homme dans le monde ». 
Un dernier chapitre renseigne sur les publications récentes sur Henri de Lubac et le concile Vatican II. Soulignons enfin, avec Dominique Gonnet, le rôle de l’expérience positive de la séparation de l’Eglise et de l’Etat dans l’attitude des évêques français dans la question de la liberté religieuse : « La France connaît à l’époque du Concile un mouvement biblique et patristique que manifeste la publication de la Bible de Jérusalem et la collection Sources chrétiennes. Ce mouvement a préparé le Concile. Il se fait sentir dans le désir de sortir d’une conception juridique [de l’Eglise]. »

Lu 261 fois